Lucy (film, 2014)

Lucy affiche film Luc Besson

Depuis quelques années, je ne suis plus fan de Luc Besson ni en tant que réalisateur ni en tant que producteur et j’étais assez dubitatif en visionnant la bande-annonce de Lucy, film mêlant scènes d’action et scénario de science-fiction. Enfin, scénario, c’est beaucoup dire puisque le film, censé nous faire prendre conscience que nous n’utilisons qu’une petite partie de notre cerveau, lorgne vers la fable scientifico-philosophique de comptoir.

L’héroïne, Lucy (campée par la très mignonne Scarlett Johansson), avec une référence évidente envers l’australopithèque du même nom (qui au passage n’est pas notre ancêtre directe), se voit embarquer bien malgré elle dans une histoire de drogue bien glauque, qui va lui permettre d’acquérir des capacités surhumaines. En développant son intelligence, elle comprendra tout (et spontanément, hein) à la physique quantique, aux mathématiques appliquées, puis pourra communiquer à distance, localiser une personne dans le monde, et enfin voyager dans l’espace et le temps (elle en profitera pour aller toucher du doigt l’autre Lucy, tel Dieu et Adam chez Michel-Ange), rien que ça !

lucy scarlett johansson

Comme les gens dans la salle sont loin d’être aussi intelligents qu’elle, Luc Besson prend bien soin d’intercaler des images de documentaires pour ponctuer les propos, puis d’introduire un savant (Morgan Freeman, qui s’est lui aussi fourvoyé ici) afin d’expliquer longuement le concept du film à son auditoire (et aux spectateurs).

Bien sûr, pour ne pas trop forcer sur la réflexion, le film balance de temps en temps une scène d’action, entre règlement de compte avec gros flingues à la Léon (Besson aime les femmes à gros flingues) et courses-poursuites en voiture à la Taxi. Ajoutons à cela que le film se passe en partie à Paris, avec même un flic « réquisitionné » par la belle et qui revendique sa propre inutilité dans l’histoire (sic) et on aura compris que le niveau est faible.

lucy johansson freeman besson

Bourré de banalités et d’invraisemblances, Lucy oscille entre film d’action et de S.F., hélas sans trop savoir où il va, la dernière partie du film donnant lieu à des élucubration philosophiques assez nébuleuses (Besson essayant d’imiter Kubrick et son 2001). A l’instar du savant qui a travaillé 20 ans sur le sujet mais ne sait pas trop comment se comporter face aux capacités de Lucy…

Synopsis

A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

Un film réalisé par Luc Besson avec Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Min-sik Choi…

Sur le même thème

Xapur

Fan de comics, de SF, fantasy, films et jeux vidéos, blogueur depuis 2009, geek depuis toujours !

4 Comments:

  1. Article qui confirme mes craintes. La dernière fois que je suis allé voir un Besson (Malavita), j’ai quitté la salle au bout d’une demi-heure, ce qui ne m’arrive quasiment jamais. C’est triste car j’étais un fan de sa période 80-90, mais j’ai malheureusement l’impression que son cinéaste a vendu son âme au diable… 🙁

  2. Oui, et perdu les qualités de ses débuts, moi aussi j’avais bien aimé Le Grand Bleu, Léon, Nikita, Subway…

  3. Allez boum, prends ça Luc ! 😀

  4. Ah ça, je ne pratique pas la langue de bois 😉

Comments are closed