Godzilla (film, 2014)

affiche film godzilla 2014Après des bande-annonces alléchantes, et en sachant que Gareth Edwards II (que j’avais apprécié à la réalisation de Monsters) était aux manettes, j’étais plutôt optimiste avant d’aller voir la version 2014 de Godzilla. Hélas, le film est une sacré déception.

Héritier d’une longue lignée de films catastrophe, dont le dernier en date en 1998 mettait en jeu notre Jean Reno national, Godzilla revient dans une nouvelle version menée par le réalisateur de Monsters, film qui était surtout centré sur les interactions entre les humains, plus que sur les créatures. C’est d’ailleurs la même recette qui est reprise ici pour le début du film, puisque Bryan Cranston, fou de douleur depuis la mort de sa femme (la bien fade Juliette Binoche) renoue avec son soldat de fils, Aaron Taylor-Johnson.

godzilla Aaron Taylor-Johnson , Bryan Cranston

Bien entendu, le monstre (enfin, les monstres !) ne se montrent qu’avec parcimonie dans un premier temps, au long d’une histoire un peu confuse qui mêle héritage préhistorique, expérimentations nucléaires et scientifiques dépassés comme celui incarné par un Ken Watanabe bloqué sur une seule expression faciale ! Le réalisateur recentre volontairement l’action sur ses personnages, le fiston ayant lui-même une femme et un enfant, plutôt que de trop montrer les créatures, ce qui est assez frustrant quand l’action démarre.

godzilla 2014

Tandis qu’on s’achemine vers des scènes de destruction et de désolation réussies, de monstres aux effets spéciaux soignés, les incohérences commencent à rendre le récit indigeste. Le héros est toujours au bon endroit au bon moment (enfin, façon de parler devant des créatures de 100 mètres de haut !), il sait tout faire, combattre bien sûr, mais aussi désamorcer bombes et ogives nucléaires, sauter en parachute et atterrir parfaitement au milieu d’une ville dévastée (alors qu’il est officier de la Navy…), et survivre aux confrontations avec les titans radioactifs, forcément. Tout ça en étant un bon fils, un bon mari, un bon père et un bon soldat, le film baignant dans un patriotisme américain assez primaire. Dommage, car le visuel est bien rendu, Godzilla est impressionnant, la scène du parachutage proprement épique, et les décors post-apocalyptiques globalement réussis, avec force destructions, cratères et autres immeubles dévastés.

godzilla film

Film popcorn à grand spectacle avec scénario minimaliste, Godzilla est donc une déception qui mêle réalisation maîtrisée, effets spéciaux réussis mais hélas nombreuses incohérences et histoire simpliste.

Synopsis

Le monstre le plus célèbre au monde devra affronter des créatures malveillantes nées de l’arrogance scientifique des humains et qui menacent notre existence.

Un film réalisé par Gareth Edwards (II) avec Aaron Taylor-Johnson, Elizabeth Olsen, Bryan Cranston…

Date de sortie en France : 14 mai 2014

Sur le même thème

Xapur

Fan de comics, de SF, fantasy, films et jeux vidéos, blogueur depuis 2009, geek depuis toujours !

7 Comments:

  1. D’accord avec toi. Pour le coup, je me suis dit que si le film ne cherchait pas à se prendre au sérieux tout en hurlant à la face du spectateur la grandeur des Etats-Unis, ça aurait pu donner quelque chose de sympa. Mais non, pour moi, ce truc ne me laissera pas le moindre souvenir. Dommage.

    Dans un autre registre. On attend ta chronique du dernier X-Men. Allez hop, au boulot ! ^^

  2. Hélas, on ne s’en souviendra pas longtemps, en effet.
    Pour DOFP, c’est prévu… dès que je l’aurai vu (sous peu) 🙂

  3. Difficile d’exister à côté de Godzilla, surtout quand le personnage principal a le charisme d’une huitre…
    C’est vraiment dommage, car les monstres étaient réussis.

  4. Ouaip, visuellement et techniquement réussi, mais alors le reste… 0_o
    Dans le genre film de monstres, j’ai vraiment préféré l’humour décalé de Pacific Rim !

  5. On attend tous le film de monstres géants ultime !

  6. Pingback: Bifrost 75 – Poul Anderson | Les Lectures de Xapur

  7. Pingback: Monsters (film, 2010) - Xapur.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
8 ⁄ 4 =