Alien vs Predator (film, 2004)

alien vs predator film 2004Alien vs Predator c’est, à l’origine, plutôt une bonne idée. Pensez donc, faire s’affronter dans un film deux des créatures les plus effrayantes et bestiales de nos cauchemars cinématographiques, cela paraissait tentant. Hélas, le résultat n’est pas à la hauteur des attentes, loin de là.

En 2004, au moment du tournage d’Alien vs Predator (ou AVP), il y a déjà eu 4 films basés sur le monstre d’Alien, 2 autres sur la franchise Predator, des comics et des jeux vidéos, bref tout un univers qui est repris comme base pour le film. Le pitch est simple : une expédition (montée par le riche Weyland) découvre une mystérieuse pyramide enfouie sous les glaces de l’Antarctique, truffée de références à la fois aux Aliens et aux Predators. Car ces derniers, chasseurs émérites, ont utilisé ce labyrinthe comme terrain de chasse pour leurs jeunes, afin d’y affronter les Aliens retenus en esclavage, comme proie, la victoire étant un rite de passage.

L’histoire nous apprend aussi que les Predators sont venus sur Terre en un passé éloigné, ont asservi les hommes et ont quitté notre planète suite à une défaite face aux Aliens, dispersant ainsi les humains qui ont ensuite créé plusieurs civilisations (égyptienne, maya et cambodgienne). Ceci peut expliquer pourquoi les Predators reviennent chasser sur Terre, mais on ne saura pas où et comment ils ont trouvé et capturé les Aliens pour les utiliser ensuite.

alien vs predator

Bien sûr, l’expédition humaine va se retrouver coincée dans le labyrinthe, au moment où des Predators arrivent pour accomplir leur rite de passage, après avoir décongelé (sic) une Reine Alien, forcée à pondre à grande vitesse. A partir de là, le film qui avait démarré sans trop de dégâts, va un peu virer au grand n’importe quoi. Les Aliens se reproduisent très vite, ils sortent de leurs hôtes rapidement et grandissent en quelques minutes ou presque. Rien à voir donc avec la lente et stressante progression des films qui leur sont consacrés, ici il faut de l’action et de la chair à canon laser, peu importe la cohérence. Malheureusement, le scénario est inepte, les humains particulièrement bêtes, et les trucages affligeants. Car on est loin des films d’origine, ce qui fait que les monstres sont peu crédibles, le budget – ou le talent du réalisateur – n’ayant peut être pas permis de faire les choses correctement.

AVP film 2004 Paul WS Anderson

Ajoutons à cela une fin bâclée, un combat passablement ridicule contre la Reine Alien et une scène finale laissant une fin ouverte mais que je trouve plutôt affligeante et incohérente, on pourra de plus regretter que les apports assez intéressants du scénario d’Alien vs Predator à la « mythologie » de l’ensemble soient noyés dans un très mauvais film…

Une suite, titrée Aliens vs. Predator: Requiem, est sortie en 2008. Les sagas d’origine ont ensuite poursuivi leur chemin séparément, avec Predators en 2010 et Prometheus en 2012.

Synopsis

Une mystérieuse onde de chaleur, émanant du coeur de la banquise, se propage à travers l’Antarctique. Pour étudier ce phénomène, Charles Bishop Weyland finance une expédition scientifique pilotée par Alexa Woods.
L’équipe découvre une pyramide renfermant des vestiges de civilisations aztèque, égyptienne et cambodgienne. Constituées d’un labyrinthe de « chambres », les issues se referment brutalement sur plusieurs membres de l’expédition.
Des Predators retiennent captive une reine Alien dont ils livrent les descendants aux jeunes Predators lors de rituels.

Un film de Paul W.S. Anderson avec Sanaa Lathan, Lance Henriksen, Raoul Bova

Sur le même thème

Xapur

Fan de comics, de SF, fantasy, films et jeux vidéos, blogueur depuis 2009, geek depuis toujours !

6 Comments:

  1. Salut Xapur,

    J’ai plutôt apprécié AvsP.
    Fin bâclée je te l’accorde, mais le scénario est assez intéressant avec le mélange des anciennes civilisations et de la science fiction. Un peu trop d’actions à la ricaine mais dans l’ensemble ça se regarde bien et dans le genre grosses licences bâclées on a vu pire.

    Le Requiem de 2008 en revanche est à chier.

  2. Hello, la « mythologie » est pas mal en effet, hélas je n’ai pas vraiment aimé le reste, et les trucages sont assez miteux sur les créatures, un comble. Bien noté pour la suite 😉

  3. La mythologie Alien/Predator est très sympa mais n’a rien à voir avec le film puisque quasiment tout à été développé en comics dans les années 90.
    Même la fin ou le Prédator marque à l’acide le front de l’héroïne est une scène d’un vieux comics…

  4. Pas d’invention mais de la cohérence dans ce cas. Outre les comics, il y a aussi les livres dérivés des franchises. Reste que ce film est hélas moyen.

  5. Je me rappelle qu’à la sortie de ce film, le fanboy que j’étais perdit tout sens critique… Encore aujourd’hui, même si le film n’est qu’une série B, je ne peux m’empêcher de le regarder avec un certain plaisir coupable… (soupir).

  6. On a tous nos moments de faiblesse^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
12 − 7 =